Accueil » Découvrir » Historique

Historique de Montauroux


Même si l’on retrouve des traces de vie datant de la  préhistoire (celto-ligures) et de l’époque romaine (aqueduc romain de Fréjus à Mons), Montauroux émerge véritablement en 1044 lors de l’installation de Pierre d’Aurosa sur ce piton calcaire. La situation géographique de ce lieu est tout à fait privilégié entre contreforts alpins au nord et ancienne Via Aurélia au sud ; la rivière de la Siagne à l’ouest et l’enfilade des villages du Pays de Fayence à l’ouest.


Le seigneur Pierre d’Aurosa faisait partie des chevaliers de confiance que l’Eglise (abbaye ou évêché) installait sur leurs domaines éloignés afin de défendre les paysans et leurs biens..
Construisant son « castlan » sur un rocher dominant les terres cultivables, Pierre d’Aurosa fit construire une église et contribua à l’installation de paysans dans des grottes situées au pied du rocher (maisons troglodytes) et tout autour de l’église. Avec le système des « contrats de complant », naquit la bourgeoisie paysanne et le castrum de Montauroux se développa sereinement et petit à petit par le sud.


C’est le XIVème siècle qui apporte son lot de drame : catastrophes naturelles ravageant les cultures et engendrant la famine, la venue de la peste sans oublier le changement de mains de la Provence. Le roi de France tentant de s’approprier la Provence, les petits fiefs fortifient leur forteresse. Montauroux ayant déjà un embryon avec sa grosse tour carrée entourée d’un mur d’enceinte, la forteresse s’agrandie en 1365 puis furent construits des murs englobant la bourgade. Après un XVème siècle plutôt calme où sont réglés les problèmes de seigneurie, marquisat et autre, Montauroux connaît des heures sombres avec les guerres de religions. Les troupes de Savoie approchant, le roi Henri IV de Navarre dépêche le Duc d’Epernon, alias Jean Nogaret de la Valette, pour assurer la protection de la Provence. Mais l’ambition et le pouvoir étant les plus forts, Epernon trahi le roi, assiège Montauroux, fait pendre presque tous les défenseurs du village et démolit la forteresse. Depuis lors, les montaurousiens ayant la rancune tenace, brûlent l’effigie du Duc tous les ans, lors de la fête patronale de la St Barthélemy.
Après ces moments terribles, le XVIIème siècle fut une période prospère pour tous avec la construction, sur l’emplacement même de la forteresse, de la chapelle St Barthélemy, l’élévation au rang de marquisat de Montauroux grâce au Marquis Charles de Lombard qui finança la construction d’un hôpital et d’une chapelle à la Colle Narbonne (Colle noire actuelle), car Montauroux fut longtemps un passage sur les chemins de St Jacques de Compostelle.


Après un siècle de lumière relativement calme, Montauroux connaît de grands travaux avec la création de la ligne ferroviaire Grasse Montauroux (inauguration en 1890), le pavage des rues de 1589 à 1862 et la première amenée d’eau potable au cœur du village en 1867 par le biais de fontaine et plus tard la construction de lavoirs.
Avant la révolution, Montauroux vivote avec ses récoltes de blé, de fruits et d’olives ainsi que l’élevage du ver à soie.


Puis les montaurousiens firent leur propre révolution en se libérant du « joug » du marquis de Lombard,  payèrent un lourd tribut en vie ou en prisonnier lors de la première guerre mondiale.
Si l’agriculture fut  l’activité économique principale de Montauroux (vignes, céréales, vergers et oliviers), il ne faut pas oublier l’élevage ovin fournissant les tanneries grassoises ainsi que plus tard la culture des fleurs à parfum toujours pour les usines grassoises ; l’exploitation des mines de charbons et spath fluor de la commune faisant travailler scieurs de long, cordonniers, bourreliers…
En 1931, Montauroux se sépare d’une partie de son territoire et naît ainsi la commune des Adrets de l’Estérel. 

Création de sites Internet